:: suivant >>
éditer :: []->

Mise au point du collectif en réponse à la lettre du 20 décembre des élus du SIOM


Les demandes des salariés sont celles d’un simple statu quo et relèvent de la dignité. L’humain et la qualité du service doivent être les critères de choix prioritaires.
La lettre des 17 maires dit: "Nous nous devons de vous informer des conditions dans lesquelles le marché de collecte a été renouvelé..."
Nous, citoyens, sommes demandeurs de cette information (rapport de la commission d’appel d’offre, CCAP notamment), documents publics dont nous ne comprendrions pas qu'il faille saisir la Commission d'Accès aux Documents Administratifs pour les obtenir. Cette information transparente paraît d'autant plus nécessaire que l’attribution du marché est entachée d’un recours du prestataire précédent au Tribunal Administratif, qui lui a donné raison avant que le SIOM et SEPUR qui ont fait appel devant le Conseil d’Etat n'obtiennent l'annulation de cette décision. Nous sommes demandeurs des arguments qui ont influencé les élus du SIOM à donner leur préférence à l'entreprise SEPUR qui collectionne les conflits sociaux(*) et assigne en justice les inspecteurs du travail qui interviennent dans ses établissements.