LETTRE OUVERTE DU COLLECTIF CITOYEN À


Monsieur le Président du SIOM,
Mesdames et Messieurs les élu.e.s du SIOM,
Mesdames et Messieurs les Maires et les élu.e.s des communes du SIOM,

La société SEPUR choisie pour assurer la collecte des déchets est pleinement responsable de tous les dysfonctionnements de la collecte depuis le 2 novembre.
Comment la collecte aurait-elle pu être effectuée correctement fin 2018 puisque SEPUR n’a pas fourni pendant deux mois les camions et les équipements nécessaires au travail ?

Pourquoi SEPUR désorganise-t-elle la collecte ?
SEPUR a mis deux mois à reconnaître que les 84 salariés de Villejust n’avaient pas à signer un nouveau contrat de travail, le précédent étant transféré automatiquement conformément à la loi. Début janvier, les camions SEPUR étaient encore en nombre insuffisant et souvent en mauvais état, ce qui a occasionné de nouveaux dysfonctionnements. Le travail s’effectue, aujourd’hui, dans des conditions qui nuisent à la qualité du service.

Pourquoi SEPUR n’a-t-elle pas repris les anciens circuits et équipages qui avaient fait leurs preuves et pourquoi affecte-t-elle les salariés sur des secteurs qu'ils ne connaissent pas (CCTP article 37) ?
Pourquoi les plans de collecte sont-ils fournis par tracés GPS, contrairement à l’article 37 du CCTP : plan détaillé avec noms des rues, sens uniques, zones de retournement, etc. ?
Pourquoi certaines rues sont-elles encore non ou mal desservies ?
Pourquoi le tri sélectif n’est-il toujours pas assuré correctement ?
Pourquoi le site de Villejust, fin janvier 2019, était-il toujours dépourvu d’éléments de travail indispensables (téléphone, internet, formulaires de déclaration d’accident du travail, etc.) ?
Pourquoi certains salaires ont-ils été amputés en janvier, après deux mois sans salaire ?
Pourquoi des lettres de menaces ou d’intimidation par SEPUR à l'encontre de salariés dont vous avez reconnu publiquement la compétence ?
Pourquoi SEPUR a-t-elle saisi la Ministre du Travail pour faire casser la décision de l’Inspection du Travail l’obligeant à reprendre les salariés protégés ?
Vu cette situation, le Cahier des Clauses Techniques Particulières a-t-il été totalement respecté ?
SEPUR a-t-elle transmis au SIOM, avant le 15 novembre 2018, les circuits détaillés de collecte « reprenant l’organisation existante » (CCTP, article 37) ?
SEPUR a-t-elle transmis au SIOM, 30 jours après la date de notification du marché, les justificatifs de commande de véhicules neufs ainsi que la liste et immatriculation des véhicules utilisés pendant la phase transitoire (CCTP, articles 49 et 39) ?


Vous devez agir et résilier le contrat aux torts de SEPUR

Ces pratiques montrent soit l'incompétence de SEPUR et son incapacité à assurer correctement la collecte des déchets, soit sa volonté de se débarrasser de salariés compétents jugés trop coûteux dont vous avez demandé le maintien « dans la durée ». Cela porte atteinte à la qualité du service rendu et ne respecte pas le contrat signé avec le SIOM.

Aucune réduction de la taxe des ordures ménagères, aucune pénalité appliquée à SEPUR ne compenseront les dommages occasionnés par cette rupture de contrat de fait.